Art, danse, combat, jeu, philosophie, sport, musique… La capoeira est une mosaïque d’arts !

Un ensemble d’activités et une culture afro-brésilienne universelle, collective et intergénérationnelle, déclarée Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité par l’Unesco en 2014.

Apparue au 16ème siècle au temps de l’esclavagisme des peuples africains au Brésil, la capoeira est devenue une expression de la culture populaire mélangeant musique, danse et combat dans une expression corporelle unique.

La roda de capoeira

La « roda » de capoeira est un cercle formé de plusieurs personnes : un orchestre composé de divers instruments, une personne qui propose le chant principal, et les autres participants qui répondent en chœur au chant principal, en clappant des mains au rythme des tambours.

Au centre du cercle, deux personnes se présentent et développent le jeu de la capoeira, un dialogue non verbal rythmé par la musique, utilisant des éléments de la danse, de la lutte et du théâtre. Une partie du jeu consiste à rejoindre le centre du cercle pour prendre la place d’un des « danseurs-combattants », de façon à alterner les joueurs.

Chaque « danseur-combattant » dégage sa propre personnalité, son caractère et son tempérament. La roda est un espace où chacun-e peut reconnaître son individualité et celle de l’autre – en assumant sa place au milieu du cercle et en même temps en faisant partie du cercle qui accueille et valorise l’autre.

Composant fondamental de la capoeira, la musique intègre chants et instruments. Elle détermine le rythme et le style de jeu pendant la roda de capoeira.

Instrument principal, le berimbau est constitué d’une latte de bois (biriba) portée par un câble en acier en forme de proue et une calebasse utilisée comme une boîte de réverbération. Les autres instruments sont le pandeiro, l’atabaque, l’agogô et le reco-reco.

Nous fabriquons nos instruments nous-même.

La samba de roda est une expression musicale, chorégraphique, poétique et festive. Elle est d’une importance significative dans la culture brésilienne.

Elle trouve son origine vers 1860 comme une manifestation de la culture africaine qui a été produite par les Bahianais sur les terrasses de Candomblé (Salvador), où ils dansaient au rythme de la musique.

Selon la tradition, un danseur de samba danse tout seul au milieu de la roda. Après un certain temps, il invite un des autres participants à le remplacer.

La samba de roda est généralement rythmée par le son du berimbau, du pandeiro et de l’atabaque.

La danse des bâtons, plus connue sous le nom de Maculelê, est une lutte, une danse d’une grande

La danse des bâtons, plus connue sous le nom de maculelê, est une lutte, une danse d’une grande agilité dotée d’une forte puissance d’attaque et de défense.

Afro-indienne, originaire de la ville de Santo Amaro da Purificação, dans l’État de Bahia, le maculelê est une danse ayant une expression dramatique forte.
La principale caractéristique de cette danse est le battement des bâtons les uns contre les autres à certains moments.

Cette danse raconte une histoire qui a eu lieu en Afrique, dans une région du Soudan actuel, où la tribu des Malés a été attaquée par un grand nombre de guerriers de l’ethnie des Macuas.

Cependant, il y avait dans la tribu un guerrier qui s’est joint aux femmes, aux enfants et aux personnes âgées, et tous se sont défendus à l’aide de petits bâtons de bois (appelés lelês en dialecte africain) et ont réussi à vaincre leurs ennemis. Malgré tout, ce guerrier est mort au combat. La légende a franchi les frontières africaines pour arriver au Brésil à bord des navires négriers.

La capoeira permet également d’apprendre à faire des acrobaties. Ce sont des mouvements qui demandent une certaine force, de l’équilibre, de l’agilité et de la souplesse. Mais ils peuvent être exécutés avec de l’entraînement, démontrant ainsi une parfaite maîtrise de son corps.

Matériel de coloriage

Nous mettons à disposition du matériel de coloriage pour entretenir la relation des enfants avec la capoeira où et quand vous souhaitez !

Téléchargez-les ici pour imprimer et… bonne séance !